Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’Algérie se classe parmi les pays au monde, disposant d’un potentiel en énergie renouvelable ssez conséquent. Comme exemple, le pays bénéficie d’un taux d’ensoleillement de 3 500 heures par an.

Cette situation encourage le gouvernement algérien à promouvoir l’énergie solaire sur l’ensemble du territoire. L’Algérie opte pour le pragmatisme, dans l’élaboration de ses stratégies économiques renouvelables de l’après-pétrole et de l’après-gaz.

En effet, un plan national de promotion des énergies propres a déjà été établi, pour la période de 2008 à 2017. Diverses infrastructures ont déjà été mises en place pour la promotion des énergies renouvelables en Algérie.

La centrale hybride de Hassi R’Mel permet, par exemple, la production de 180 mégawatts. Une ressource suffisante pour les besoins en énergie de Hassi R’mel et ses environs. Pour leur part, les Allemands et Espagnols ont confirmé, à l’été 2009, leur volonté de soutenir financièrement l’Algérie dans la promotion des énergies renouvelables. Des aides financières ont déjà été octroyées, notamment pour la mise en place de trois centrales, sur un terrain aménagé de 152 hectares environ.

Algérie, l’exportation d’énergie renouvelable en projet

En parallèle avec le plan national de promotion des énergies renouvelables de 2008-2017, prévoyant la production de 17 000 mégawatts pour le pays et 6 000 mégawatts pour l’exportation, le ministre de l’Énergie, Youcef Yousfi, annonce la mise en place d’un autre programme portant sur la promotion de l’énergieéolienne de l’énergie solaire en Algérie. Les deux programmes visent en même temps l’autosuffisance en énergie du pays à l’aube de 2030, mais également la possibilité d’exporter en quantité de l’énergie dans d’autres pays.

Le gouvernement algérien a déjà confirmé, le 05 décembre 2010, la mise en place d’un institut algérien des énergies renouvelables à Hassi R’mel, et d’une école de management des ressources en eau, à Oran. Dans le cadre du programme de développement de l’énergie solaire et de l’énergie éolienne, initiée par le ministre algérien de l’Énergie, la création d’une centrale solaire, d’une capacité de 150 mégawatts est prévue dans la partie saharienne. Par mesure de précaution, le gouvernement algérien ne compte pas encore arrêter l’exploitation du gaz et du nucléaire pour la production d’énergie.

Tag(s) : #Algérie

Partager cet article

Repost 0