Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Je souhaite mettre à la disposition des lecteurs qui désirent réfléchir,  cet extrait d'unr interview de Michel Aglietta sur ce que l'on pourrait appeler l'impact de l'Asie sur le capitalisme. Cela me parait une importante contribution à l'analyse économique dans  cette phase de développement dans laquelle ce système est devenu le modéle unique. L'on peut se demander si au final le capitalisme d'etat ou mieux encore le capitalisme monopoliste d'Etat ne sont pas, dans les pays émergents le système socio écomique de transition vers un libéralisme politique

"C'est l'Asie qui a changé le capitalisme ?

Il faut bien mesurer l'ampleur fantastique des changements de l'économie globalisée et l'étroite interdépendance de ses composantes. Le tournant a été pris après la crise asiatique de 1997. Après la chute du mur de Berlin en 1989, l'idée d'un capitalisme dominé par l'Occident prévalait. La mondialisation était vue comme une projection du capitalisme occidental. Les pays développés exportaient leurs capitaux dans les économies émergentes et les sommaient de s'ouvrir, de se libéraliser et de mener des politiques conformes aux intérêts des investisseurs : rigueur budgétaire et lutte contre l'inflation. Le libéralisme était le modèle unique, il s'imposait sous le nom du "consensus de Washington".

Endettés en dollars, les pays d'Asie ont pris conscience à ce moment-là que leur développement restait entièrement dépendant des pays développés. Ils ont réorienté leurs politiques du tout au tout. Pour ne plus être importateurs de capitaux, ils axent leurs économies sur l'exportation et, pour assurer leur compétitivité, déprécient leurs monnaies. Ces pays mettent un coup de frein à la demande interne et deviennent excédentaires. Ils remboursent leurs dettes et gagnent leur indépendance face au FMI et à ses exigences. Ils entraînent deux conséquences à l'échelle mondiale : une inversion des mouvements de capitaux et une pression immense sur les prix des produits et sur les salaires.

L'Asie s'est affirmée sur un modèle différent du modèle américain ?

Cette autonomie politique gagnée s'observe aussi sur le coeur même du capitalisme : l'entreprise. Le modèle anglo-saxon se diffuse en Europe continentale. La France abandonne les "noyaux durs" d'actionnaires stables et l'Allemagne rompt le lien entre la banque et l'industrie ; aujourd'hui, le CAC 40 est détenu à majorité par des capitaux étrangers. En Asie, à l'inverse, un capitalisme d'Etat, à l'asiatique, se renforce.

Le Japon avait montré la voie d'une économie tournée vers l'exportation ?

Oui et non. Le rattrapage japonais s'est fait sur le marché intérieur. Les exportations se sont diversifiées au terme de processus de remontée des filières de production. La Chine est le pivot d'une intégration asiatique. C'est l'atelier industriel du monde qui reçoit les matières premières d'Australie, les biens d'équipement de Corée, de Taïwan et du Japon et les services financiers de Hongkong et de Singapour. Dix ans après ses crises, l'Asie est devenue un pôle incontournable du capitalisme globalisé.

Et que devient l'Europe ?

Le monde est polarisé par la relation entre les Etats-Unis et le groupe des pays émergents, dont la Chine. Cette relation est faite de collusion tacite et de rivalité latente à cause de l'inversion des mouvements de capitaux et de la dette américaine. Le besoin d'un rééquilibrage ordonné se fera sentir tôt ou tard : aux Etats-Unis, un relèvement du taux d'épargne et, en Asie, un réajustement des taux de change et un accroissement des demandes internes. L'Europe, faute d'une politique monétaire extérieure, sera très handicapée si le rééquilibrage se traduit par la seule pression sur l'euro, déjà surévalué. C'est aux monnaies asiatiques de s'apprécier. Ensuite, en Europe, l'erreur est de séparer les politiques macro des politiques micro. Il est urgent de les connecter pour définir des dynamismes industriels et soutenir les innovations par des politiques de croissance. " "extrait de tradebourse"


Michel Aglietta

Professeur d'économie à l'université de Nanterre et conseiller scientifique au Centre d'études prospectives et d'informations internationales

Extrait de http://tradebourse.over-blog.com/article-7092545.html

 

 

Partager cette page

Repost 0