Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alors que son budget dépasse désormais celui de France 2, la chaîne des régions affiche les pires audiences de son histoire. Mais peut-on la réformer ?" Voila comment débute l'article que consacre le magazine Capital à la gestion de France 3 dans son numéro de janvier 2011.

Et oui car c'est bien là le principal souci de France 3. Avec 850 millions d'euros de budget, France 3 dépasse celui de France 2 (820 millions) n'est pas loin de celui de TF1 (920 millions) alors que les audiences, elles, ne suivent pas puisque comme le souligne cet article, elles ont dévissé de 15% à 10.7% alors que M6, avec un budget bien plus modeste de 303 millions d'euros, pointe désormais régulièrement devant.

Des audiences en berne et un auditoire de plus en plus âgé, selon les informations du magazine, les recettes publicitaires ne combleront pas le quart des dépenses en 2010 – elles étaient estimées à 180 millions d’euros entre janvier et octobre.

Et le magazine ne pointe pas du doigt que les audiences... Les effectifs de la chaîne sont aussi en ligne de mire ! Sur les 5000 employés que compte la chaîne, France 3 comptait au dernier recensement de décembre 2009 1 688 journalistes dont 350 chefs, soit un galonné pour 4 reporters. Ces rédactions régionales (24 bureaux régionaux et 103 implantations), malgré qu'elles n'occupent que moins de 10% du temps d'antenne, absorbent aujourd’hui près de la moitié du budget global.

Et pour appuyer son idée de sureffectif, le magazine Capital fait la comparaison cinglante : "En reportage, un journaliste d’une chaîne d’information en continu type i‑Télé ou BFM TV peut conduire son camion satellitaire, filmer, interviewer et monter ses rushs tout seul. Chez France 3, le même travail mobilise au bas mot quatre salariés...". Sans compter que parfois, deux équipes différentes se retrouvent à réaliser le même reportage...

Salaires des employés, coûts des émissions élevés pour des audiences médiocres, cette enquête que vous pouvez retrouver dans le numéro 232 de Capital tire un bilan bien catastrophique et pessimiste sauf si Rémy Pflimlin réussi à redresser la barre...

Tag(s) : #société

Partager cet article

Repost 0