Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le concept de déracinement ou l’analyse in vivo des regroupements de millions de paysans pendant la guerre d’Algérie. Une étude dont l’actualité, en termes d’effets à long terme, donne à réfléchir, notamment sur les concepts politiques d’assimilation, d’intégration et d’identité nationale.     

*******

   **** 

« Poursuivant la publication d'enquêtes réalisées en Algérie, P. Bourdieu,

en collaboration ici avec A. Sayad, nous donne une étude sur les regroupe

ments des populations paysannes, opérés par l'armée durant la guerre d'Algérie.

 

Ceux-ci peuvent être assimilés à une vaste expérience sociologique, puisque brutalement, pour des millions de paysans, la base morphologique de la structure sociale est bouleversée et que ce « bouleversement affecte et altère tous les niveaux de la réalité sociale ».

 

Mais les regroupements n'ont fait qu'achever « ce que la politique coloniale et la généralisation des échanges monétaires avaient commencé ». En effet,« tout se passe comme si cette guerre avait fourni l'occasion d'accomplir jusqu'au bout l'intention latente de la politique coloniale, intention profondément contradictoire » car « ... la volonté de détruire les structures de la société algérienne a pu s'inspirer d'idéologies opposées : l'une dominée par la considération exclusive de l'intérêt du colonisateur... s'est exprimée souvent avec cynisme; l'autre, assimilationniste ou intégrationniste, n'est plus généreuse qu'en apparence ».

 

En fait, il y a toujours eu un « refus conscient ou inconscient de reconnaître l'Algérie en tant que culture originale et en tant que nation (qui) a toujours servi de fondement à une politique d'interventionnisme inconsidéré et inconséquent». Celle-ci a déterminé la ruine de l'économie rurale et l'effondrement de la société traditionnelle.

 

L'interventionnisme, dans le cas présent, se situe d'abord au niveau mor

phologique : « A la façon du colonisateur romain, les officiers chargés d'organiser les nouvelles collectivités commencent par discipliner l'espace comme si, à travers lui, ils espéraient discipliner les hommes. » Ils retrouvent « d'instinct la loi ethnologique qui veut que la réorganisation de l'habitat, projection symbolique des structures les plus fondamentales de la culture, entraîne une transformation généralisée du système culturel ».

 

Mesurée essentiellement au niveau de la relation qui unit le paysan à sa

terre, cette transformation apparaît dans de nombreux comportements :

prise de conscience du sous-emploi, apparition des notions de rendement et de rentabilité, prestige du vrai métier, saisie du temps comme convertible en monnaie. Tout cela conduit à cette « agriculture sans agriculteurs » que décrivent les auteurs.

 

Cette situation n'a pas disparu avec l'indépendance : P. Bourdieu et

A. Sayad tracent un tableau sympathique mais sans complaisance des diff

icultés rencontrées par l'autogestion.

En annexe, figurent des précisions sur les centres de regroupement et

des extraits d'enquête"

 

IN : G. Desaunay. P. Bourdieu et A. Sayad : Le déracinement. La crise de l'agriculture traditionnelle en Algérie,Tiers-Monde, 1966, vol. 7url :h, n° 27, pp. 650-651.


ttp://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/tiers_0040-7356_1966_num_7_27_2287

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :