Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le partenariat est dominé par une vision sécuritaire des  migrations.

L’Europe a obtenu le blocage des flux migratoires. Elle espère que des flux de capitaux viendront spontanément s’y substituer. Aucune disposition pratique n’est prise dans ce sens pour accompagner ou orienter vers cet objectif les mécanismes économiques du marché.

 

Le contrôle des flux migratoires est érigé en un enjeu majeur pour l’Europe de la politique méditerranéenne rénovée au point d’en faire dépendre la coopération financière avec les pays tiers.

 

Dans l’agenda du partenariat, l’une des activités principales est la réunion périodique de fonctionnaires afin d’examiner les mesures concrètes qui peuvent être prises pour améliorer la coopération entre les autorités policières, judiciaires, douanières, administratives et- autres afin de lutter contre l’immigration clandestine.

 

En revanche la délocalisation des investissements se fait attendre. Pire encore, dans le secteur-clé du textile, les délocalisations, orientées d’abords vers le bassin méditerranéen (Turquie, Tunisie, Maroc, Egypte), ont suivi la logique des avantages comparatifs en matière de coûts salariaux.

 

On s’attend à une intensification de la concurrence avec le démantèlement en 2005 de l’accord multifibres qui permet à des pays comme la Tunisie et le Maroc d’être protégés par des quotas d’exportation sur les marchés européens.

Tag(s) : #reflexions

Partager cet article

Repost 0