Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Petit extrait du roman de George. Orwell “1984″ qui fut publié en 1949 :

…”L’acte essentiel de la guerre est la destruction, pas nécessairement
de vies humaines, mais des produits du travail humain.
La guerre est le moyen de briser, de verser dans la stratosphère,
ou de faire sombrer dans les profondeurs de la mer,
les matériaux qui, autrement, pourraient être employés à donner
trop de confort aux masses et, partant, trop d’intelligence en
fin de compte. Même quand les armes de guerre ne sont pas
réellement détruites, leur manufacture est encore un moyen
facile de dépenser la puissance de travail sans rien produire qui
puisse être consommé. Une Forteresse flottante, par exemple, a
immobilisé pour sa construction, la main d’oeuvre qui aurait pu
construire plusieurs centaines de cargos. Plus tard, alors qu’elle
n’a apporté aucun bénéfice matériel, à personne, elle est déclarée
surannée et envoyée à la ferraille. Avec une dépense plus
énorme de main d’oeuvre, une autre Forteresse flottante est
alors construite.
En principe, l’effort de guerre est toujours organisé de façon
à dévorer le surplus qui pourrait exister après que les justes
besoins de la population sont satisfaits.
En pratique, les justes besoins vitaux de la population sont
toujours sous-estimés. Le résultat est que, d’une façon chronique,
la moitié de ce qui est nécessaire pour vivre manque toujours.
Mais est considéré comme un avantage. C’est par une politique
délibérée que l’on maintient tout le monde, y compris
même les groupes favorisés, au bord de la privation. Un état
général de pénurie accroît en effet l’importance des petits privilèges
et magnifie la distinction entre un groupe et un autre…”

Nous vivons dans un monde profondément “orwellien”.

Tag(s) : #mondialisation

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :